Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog du collectif vélorution périgourdine 24
  • Le blog du collectif vélorution périgourdine 24
  • : Le collectif Vélorution24 est un regroupement périgourdin d'usagers de la bicyclette au quotidien. Nous tentons de faire entendre notre voix par le biais de vélo-parades, manifestations mensuelles collectives à vélo. Nous prônons les vertus de la bicyclette, moyen de transport simple, écologique mais surtout efficace. Nous souhaitons nous faire entendre des élus et de l'opinion publique pour que l'espace public soit aménagé et mieux partagé entre le moteur thermique et le moteur musculaire. Nous aimerions favoriser une prise de conscience collective et individuelle afin de transformer notre cité siouvent saturée de véhicules à moteur en espace apaisé et accueillant pour tous...
  • Contact

Notre page Facebook

Recherche

28 mars 2015 6 28 /03 /mars /2015 07:22

...et discret !

 

L'article du Monde.

 

 

 

Published by collectif vélorution périgourdine (24) - dans articles de presse
commenter cet article
22 janvier 2015 4 22 /01 /janvier /2015 15:56

...qui avons distribué ces petits cartons slogantifères, lors de la Vélorution de novembre. Ils ont fait des petits semble t-il...

 

L'article de Sud-Ouest

 

Périgueux : qui se cache derrière ces cartes de promotion du vélo

 

 

Published by collectif vélorution périgourdine (24) - dans articles de presse
commenter cet article
31 octobre 2014 5 31 /10 /octobre /2014 07:36

Bon, il ne faut qu'un grand espace, une ouverture régulière avec une équipe qui se relaie, beaucoup de temps et de bonne volonté pour aller récupérer les carcasses dans les déchetteries... C'est quand même pas compliqué...

 

http://www.bastamag.net/La-Maison-du-velo-un-atelier-de

 

 

Published by collectif vélorution périgourdine (24) - dans articles de presse
commenter cet article
8 avril 2010 4 08 /04 /avril /2010 16:21
 
8 avril 2010 | Par Chantal Gibert

Mais si, c'est gratuit !

Initiative originale hier devant l'hôtel de ville de Périgueux.

60207_12719232_460x306.jpg

 

Vêtements, objets de décoration, livres, gâteaux étaient offerts hier après-midi, place de l'Hôtel de Ville. Photo Jean-Christophe Sounalet

 

«Un objet égale un sourire » proclamait hier après-midi la pancarte accrochée à un lampadaire de la place de l'Hôtel de ville, à Périgueux. Dessous, un bric-à-brac s'étalait sur des draps blancs : vêtements, chaussures, livres, tasses, jeux pour enfants. Il y avait même quelques gâteaux bien appétissants. C'était le premier grand don organisé par Vélorution et les Thétards. Le principe est simple : ce n'est ni une braderie, ni un vide-greniers, même si cela y ressemble. Chacun amène ce qu'il veut et l'offre gratuitement.

Une association nationale a déjà lancé l'idée. « Je l'ai expérimentée à Orléans et à Poitiers. Je me suis dit : pourquoi ne pas essayer à Périgueux ? », explique Guillaume Lebrun, à l'origine de cette initiative.

Contre le gaspillage

Elle répond à plusieurs objectifs. « Nous luttons contre le gaspillage et la consommation à outrance qui nous fait accumuler des choses inutiles. Et cela permet de créer de nouveaux liens qui ne passent pas par un rapport à l'argent. »

C'est bien l'avis de Roselyne qui est venue d'Escoire avec un stock de vêtements. « Si ça peut faire plaisir à quelqu'un ou rendre service, plutôt que de les entasser chez moi... »

Un couple britannique s'arrête : « C'est une très bonne idée. » Une jeune femme arrive à vélo, dépose des chaussures et une boîte de cookies. Des passants hésitent : « C'est vrai, c'est gratuit ? » Et on se dit que ce serait sympa de renouveler l'expérience maintenant qu'on arrive au printemps.

 

Published by Sud ouest - dans articles de presse
commenter cet article
11 octobre 2009 7 11 /10 /octobre /2009 15:21

DÉPLACEMENTS. Le collectif Vélorution continue ses actions pour que les cyclistes circulent mieux en ville et dans l'agglomération

Les vélos ne veulent pas être oubliés

 

En groupe à travers la ville, les cyclistes sont bien visibles, au moins lors de chaque rendez-vous de Vélorution. (PHOTO ARNAUD LOTH)

Depuis un an et demi, chaque premier samedi du mois, les cyclistes de Vélorution se retrouvent vers 10 h 30 sur la place Francheville. L'horaire est un peu élastique, le lieu aussi, mais ils tiennent bon. Samedi, ils étaient une quinzaine, dont certains des fondateurs comme Laurent, Séverine ou Dido, à se retrouver avant de faire un tour de ville en occupant bien la chaussée face aux voitures.

On l'aura compris, Vélorution est un gentil groupe de pression qui se bat pour que les vélos trouvent leur place dans la ville et même dans l'agglomération. « On va interpeller la mairie de Périgueux et la communauté d'agglomération », explique Laurent Pichot, l'un des porte-parole du groupe.

Enquête en cours

« On a lancé une enquête auprès des utilisateurs de vélo à Périgueux. La première chose que l'on constate, c'est que beaucoup hésitent à l'utiliser en ville, pour des raisons de sécurité », explique-t-il. Cette enquête en cours sera à terme donnée aux élus comme un témoignage de l'état des lieux.

Car les cyclistes ont un peu l'impression d'être oubliés dans le plan de déplacement urbain (PDU) qui est en cours d'élaboration. « On nous a consultés au débat, on a pu rencontrer des élus et des techniciens, et maintenant plus rien. Plus de nouvelles » Tout ceci alors que les grandes lignes pour le train et les bus sont déjà connues. Des questions qu'ils ont aussi pu poser samedi à Fabrice Mathivet, élu Verts à la mairie de Périgueux et à la CAP, lui-même cycliste et participant régulier à Vélorution. Il avouait ne pas avoir d'informations sur ce sujet. L'étude et la concertation du PDU vont se poursuivre.

Cohabitation

Pour se développer, la pratique du vélo en ville doit pouvoir compter sur des pistes cyclables identifiées et sécurisées. Dans d'autres pays d'Europe du nord, cela existe depuis longtemps (avec même par endroits des passages sur les trottoirs !). La cohabitation avec les autres modes de déplacement doit aussi s'apprendre. « On ne veut pas être considérés comme des usagers de seconde zone », estime Laurent Pichot.

Pour être visibles, ils ont donc fait leur tour de ville en groupe, en occupant le haut du pavé et en empruntant volontairement des passages reconnus comme dangereux pour les vélos : le rond-point des poissons, les Quatre Chemins, la rue Gambetta, les boulevards, pour finir par le passage traditionnel à travers le marché. Prochain rendez-vous le 7 novembre.

Auteur : HERVé CHASSAIN
h.chassain@sudouest.com

 

Published by sud ouest - dans articles de presse
commenter cet article